Le navet du diable

Photos : le long de l’Escaut, 05/07/2020

Cette plante aux fleurs pâles semble faire la révérence avec ses jolies vrilles. Mais qu’on ne s’y trompe pas, elle a la beauté des vénéneuses ! la bryone dioïque (Bryonia dioïca Jacq., famille des Cucurbitaceae, comme nos melons, courges, potirons et bien d’autres !) est toxique. Ses vrilles élégantes sont constamment à la recherche de supports qui leur conviennent, et si elles font erreur, qu’à cela ne tienne, une journée suffit à s’en détacher. Dioïque, elle a des pieds mâles, et des pieds femelles.

Le plus curieux sans doute, c’est que le Moyen-Age la considérait comme étant un solide rempart à l’état d’ivresse ;-). Encore plus curieux, c’est Hildegarde de Bingen, religieuse mystique et sommité de son temps en matière de médecine et de naturalisme, qui en assure la promo au XIIème siècle : « Pour se garantir de l’ivresse, boire du jus de bryone avec autant de vinaigre, ainsi toute la semaine on ne sera point ivre ». Sympa.

Enfin, son appellation de navet du diable viendrait, au conditionnel, de ce qu’en ont rapporté des fugitifs au temps de la Terreur, qui en ont mangé la racine pour échapper à la faim. A ne surtout pas renouveler !

 

Si vous souhaitez rejoindre le groupe «des Plantes et des Pavés» pour échanger nos connaissances, nos découvertes, nos photos…

À la semaine prochaine !

Attention, certaines plantes présentent différentes formes de toxicité, d’autres ressemblent fortement à des plantes que nous connaissons… mais sont des exceptions ! Soyez toujours prudents, et ne consommez jamais une plante sans être absolument certain(e)s de son identification.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.